Le futur des applications de rencontres : La tech au service d’une nouvelle alchimie

EnglishFrançais
Précédent

Dans le cadre de notre service de veille, Unitec vous propose régulièrement des ensembles d’articles thématiques pour décrypter les grands sujets de l’innovation. Cet article, rédigé par Alexandre BERTIN responsable de la veille à Unitec et Amélie PIETTE, étudiante Master M2 CPNM, ISIC Bordeaux Montaigne, est le deuxième d’une série de veille dédiée au futur des applications de rencontres

  1. L’ère du numérique est-elle celle du non-amour ?
  2. La tech au service d’une nouvelle alchimie

Les sciences et la technologie au service d’une nouvelle alchimie [2/2]

Il y a de la science dans l’air

 

Pour DNA Romance ou Instant Chemistry, la solution réside dans nos gènes. Selon eux certains gènes en rapport avec nos systèmes immunitaires définissent nos attractions. Et c’est bien connus, les opposés s’attirent. Pourtant de nombreux scientifiques réfutent cette idée…

Toujours dans ce domaine, George Church, généticien à Harvard, a l’ambition de mettre en relation des personnes compatibles pour éviter et stopper la transmission de maladies génétiques à ses enfants. Bienvenue à Gattaca… Rappelons que même si le « DNA dating » est à la mode aux États-Unis, en France cette pratique récréative est illégale…

 

Ethan Hawke dans Bienvenue à Gattaca

 

Plus vrai que nature

 

Pour Dawoon Kang, co-fondatrice du site de rencontres Coffee Meets Bagel l’avenir de la rencontre se fera en réalité virtuelle. Imaginez. Vous enfilez votre casque et vous voilà transporté dans un lieu paradisiaque avec votre crush. Une plage de sable fin, une forêt luxuriante, un lac encore gelé… Bientôt, peut-être, on se baladera main dans la main, virtuellement.

Pour Jean Meyer, le co-fondateur de Once, c’est la réalité augmentée qui s’imposera. Il imagine des lunettes permettant de scanner les célibataires autour de nous et d’afficher un score de compatibilité au-dessus de leur tête. Après le flop des Google Glass ce n’est pas gagné…

Et si ces expériences immersives, comme celle dans l’épisode « Hang the DJ » de la série Black Mirror, devenait la norme ?

Heureusement on n’en est pas encore là. Actuellement la clé du succès de ces app c’est qu’elles nous offrent la liberté de swiper depuis notre lit encore en pyjama ! (étude de YouGov pour Once). Globalement, ce qui caractérise nos relations aujourd’hui c’est une aversion croissante envers la prise de risque. Sur Tinder on entre dans l’action mais avec une dose minimum d’effort.

Toujours avec mon coach

 

 

Il existe des assistants personnels pour gérer le chauffage, la télé, les courses et pourquoi pas notre vie sentimentale ? C’est le pari qu’a fait Match en lançant Lara, un assistant vocal activé par Google Home. Chaque jour il propose des profils en plus de donner des conseils.

Quant au service AIMM, lancé en 2018, il pourrait bien voir son modèle dominer dans les prochaines décennies. Façon Siri, il pose des questions à l’oral et renvoie à l’utilisateur des profils compatibles. Ici nos réponses sont des extraits audio échangés avec son potentiel futur âme sœur…

 

AIMM – The Talking Artificially Intelligent Matchmaker from Kevin Teman on Vimeo.

 

Déculpabilisez !

 

Il n’y a pas de chemin tout tracé dans notre quête de l’amour. Pour Marie Bergström, « la rencontre fortuite est un mythe ». Loin de réinventer les règles, ces apps reproduisent et exacerbent des tendances sociétales quant à notre vision du couple (M. Bergström dans son ouvrage Les nouvelles lois de l’amour, La Découverte, 2019).

 


Lire le résumé de l’ouvrage réalisé par les étudiants de l’ISIC MasterCom

 

Et si l’amour reste encore et toujours cet idéal ancestral, le marché de l’infidélité prend son envol. Depuis une dizaine d’années, les sites et applications de rencontres adultères promettent à l’internaute d’assumer ses envies à l’abri des regards et en toute sécurité. Gleeden ou Ashley Madison offrent ainsi aux hommes et aux femmes en couple la possibilité de faire des nouvelles rencontres, très souvent orientées sur l’éphémère et le plaisir. Le mot d’ordre de ces deux sites est clair : arrêtons de culpabiliser et profitons de chaque instant.

Certes les moyens de se rencontrer se sont diversifiés et démultipliés, et dans les prochaines années de nouveaux concepts seront encore inventés. Pourtant rien ne nous empêche de continuer à utiliser des techniques plus old school voire complètement has been. A savoir, draguer dans les bars, demander à ses amis le 06 de Coline, Flore, Damien, Margaux, s’inscrire à un cours de danse ou de théâtre plutôt que sur une application de rencontre.

Ce choix nous appartient encore entièrement.

 

 

Note de veille réalisée par Amélie PIETTE, étudiante Master M2 CPNM, ISIC Bordeaux Montaigne et Alexandre BERTIN responsable de la veille à Unitec.

 


Précédent