[NOTE DE VEILLE] LE NUDGE : ORIENTATION OU SIMPLE MANIPULATION ?

EnglishFrançais
Précédent

L’aéroport d’Amsterdam, Schiphol, a réussi la prouesse de faire diminuer le taux d’intervention des services de ménage de 80% dans ses sanitaires. Comment ? En dessinant des mouches dans le fonds de ses urinoirs. Technique originale, incitant par la voie du jeu, les hommes à mieux viser. C’est ce qu’on appelle un nudge.

Littéralement traduit de l’anglais par coup de pouce ou coup de coude, le nudge est décrit par un ensemble de techniques aidant les individus à prendre de meilleures décisions. En définissant une architecture de choix, il permet d’induire un comportement de manière prévisible, sans introduire de notion de contrainte ou d’interdit.

 

 

A l’origine, un psychologue et mathématicien, Daniel Kahneman. En 1979, avec l’économiste Amos Tversky, il développe la théorie des perspectives, cette théorie qui met en exergue l’aversion des individus pour la perte et qui les pousse donc à prendre de faibles risques. Cette théorie des perspectives est à la base de l’économie[1] et de la finance comportementale, qui permettra d’ailleurs à Daniel Kahneman de remporter le prix Nobel d’économie en 2002.

Les travaux de Kahneman et Tversky mettent en évidence les biais cognitifs qui détournent les individus de la rationalité. En somme, la science au travers de l’étude de la psychologie humaine, renvoie les individus à leurs imperfections. Leur histoire, leurs émotions et sentiments, sont autant d’influences extérieures qui nourrissent leur subjectivité et donc leur objectivité. Adieu l’homo economicus.

[1] Introduire la psychologie dans le monde économique permet de comprendre et de valoriser les comportements irrationnels des individus.

Télécharger la note de veille complète

 

Vous souhaitez en savoir plus sur notre service de veille ? Contactez-nous à veille[at]unitec.fr

 

Précédent