fbpx

Tout savoir sur l’entrepreneuriat étudiant avec Unitec !

EnglishFrançais
Précédent

L’entrepreneuriat étudiant se définit par le statut national étudiant entrepreneur mis en place dans le cadre du Plan d’action en faveur de l’entrepreneuriat étudiant par le ministère de l’Education nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche (MENESR) en 2013. Il permet aux étudiants et jeunes diplômés de moins de 28 ans de se lancer dans un projet entrepreneurial.  

Concrètement, devenir étudiant entrepreneur ça veut dire quoi ? Suis-je concerné ? Comment me lancer ? Découvrons la synergie régionale et le parcours de nos 4 pépites qui ont osé l’aventure !

Création d’un écosystème dédié aux étudiants 

Cette dynamique impulsée sur le territoire français par le MENESR offre aux étudiants ou jeunes diplômés la possibilité d’aller plus loin dans leurs projets entrepreneuriaux. Certaines écoles, facultés ou instituts intègrent des programmes dédiés à l’entrepreneuriat et à la création d’entreprise pour permettre aux étudiants de se familiariser avec ce milieu et « d’apprendre à entreprendre » selon le plan du Ministère. On retrouve également, dans ces mêmes structures, des dispositifs d’accompagnement (détaillés par la suite) pour pousser, au-delà de l’idée, les projets de chacun et proposer un cadre de travail adapté à l’activité. C’est ce que propose, les incubateurs étudiants bordelais et c’est un premier pas dans le monde de l’entrepreneuriat qui ouvre le champ des possibles aux jeunes et prépare les plus motivés à poursuivre l’incubation, si leur projet est suffisamment mature.  

On retrouve également le dispositif PEPITE Entrepreneuriat Campus Aquitaine qui permet d’accompagner tous les étudiants entrepreneurs de métropole bordelaise qui ne seraient pas accompagnés par leurs établissements respectifs. Acteur incontournable de cette dynamique mise en place, Pépite France est composé de 33 pôles qui délivrent le statut national d’étudiant entrepreneur. Ce statut permet de construire et développer son projet entrepreneurial quelle que soit la démarche, individuelle, innovante, technologique ou non.

Souvent porteurs de valeurs fortes et d’une puissante envie d’agir et de transformer leur environnement, les étudiants sont accompagnés, conseillés et challengés par les structures constituées de professionnels de la création d’entreprise et de l’innovation

Objectif : transmettre la fibre entrepreneuriale 

Sur Bordeaux, on retrouve plusieurs organismes, judicieusement maillés, offrant la possibilité aux nouveaux entrepreneurs de se lancer durant leur formation et d’être suivis en continu. Étudiants et jeunes diplômés sont dans la plupart des cas directement accompagnés au sein de leurs écoles. Des équipes de professionnels sont à leur disposition et permettent l’accès à de nombreuses ressources, partenaires..

Quels incubateurs destinés aux étudiants retrouve-t-on en région bordelaise ?

L’Inria, institut national de recherche en science et technologie numérique a créé en 2019 l’Inria Startup Studio, un incubateur dédié aux projets de start-up #deeptech. Ce programme démontre une réelle ambition de faire émerger des start-up issues d’équipes-projet et de les accompagner dans leur développement. L’Inria apparait comme un acteur majeur du plan deeptech initié par la BPI en 2019. La structure accueille différents profils de porteurs de projets innovants tel que des doctorants, post doctorants, stagiaires, ingénieurs ou chercheurs salariés. Télécharger le programme de l’Inria Start-up Studio pour en savoir plus.

L’INP, institut polytechnique de Bordeaux propose Sit’innov, un incubateur dédié aux étudiants des 9 écoles d’ingénieurs de Bordeaux INP. L’incubateur a pour ambition de sensibiliser les étudiants à l’entrepreneuriat, accompagner les porteurs dans leur développement de projets et offrir un environnement adapté qui favorise l’intégration dans l’écosystème entrepreneurial. Séminaire créatif, “passeport pour entreprendre” permettant de faire maturer son projet et bien d’autres ressources de qualité à destination des étudiants à découvrir ici.

L’Université de Bordeaux porte le UBee Lab, l’incubateur dédié aux étudiants de l’Université de Bordeaux qui souhaitent développer un projet, tous secteurs confondus, et s’insérer dans l’écosystème régional, national et même international.  La force du Ubee Lab c’est, sans aucun doute, son positionnement en tant que laboratoire d’idée et les conditions idéales mises à disposition des étudiants entrepreneurs. Il propose une offre de services complète allant de l’accompagnement personnalisé à l’espace de coworking gratuit, en passant par la permanence d’experts juridiques.

Kedge Business School a également inauguré son incubateur étudiants, La Business Nursery en 2012. Il s’adresse à tous les étudiants de l’école (alumnis compris) qui souhaiteraient créer une entreprise. Le programme est conçu en fonction de la maturité du projet et les services proposés sont adaptés au porteur. Méthodologie, accompagnement et mise en relation pour les jeunes pousses, mentoring, pourvoyeur d’opportunités et accès aux subventions pour les plus avancés. Nous recevons près de 650 candidatures par an parmi lesquelles environ 20% sont retenues pour intégrer le dispositif, soit 120 projets /startups sont accompagnés au sein de nos dispositifs . A date c’est 500 projets accompagnés et 100 M€ levés par les startups incubées & accélérées depuis 2014.

L’Inseec possède aussi son réseau d’incubateurs Incub’ Inseec. La mission : “Favoriser l’émergence et la concrétisation des projets de start-up ou le développement de nouvelles entreprises“. Pour cela, l’incubateur de l’école de commerce met à disposition de ses étudiants, un programme d’accompagnement complet et personnalisé dans un lieu unique, quais de Bacalan. Le dispositif comprend des formations personnalisées, des ateliers thématiques, du coaching, des locaux équipés et un soutien opérationnel dans les démarches de mise en réseau et de recherche de subventions.

Le centre entrepreneurial de l’institut d’Optique, Graduate School (IOGS), au sein de l’lOA, accueille les élèves ingénieurs qui suivent, pendant 2 ans, une filière proprement dédiée au développement de l’esprit entrepreneurial et  à la création d’entreprise technologique. Au sein de la  Filière Innovation Entrepreneur, les équipes projets sont accompagnés sur l’idéation, la vérification de l’adéquation besoin/marché/proposition de valeur et le prototypage fonctionnel de produits à forte valeur ajoutée technologique avec pour objectif de créer leur entreprise et d’incorporer les incubateurs régionaux dès leur sortie d’école. Depuis 2006, ce sont plus de 130 prix remportés, 21 entreprises crées qui ont levé plus de 40 M euros et génèrent plus de 15 M euros de chiffre d’affaire.

Investie dans l’écosystème, l’équipe d’Unitec dispense des cours dans le cadre des programmes de formation à l’entrepreneuriat dans ces écoles. Cette démarche coopérative est un bon moyen de transmettre la fibre entrepreneuriale, d’assurer l’accompagnement et le suivi des projets via des passerelles tout en maintenant le filage entre les différents acteurs qui constituent cet écosystème. 

Retrouvez des liens, contacts et informations utiles en bas de page

Avis et retours d’expérience des #PépitesUnitec

Afin d’illustrer au mieux cette aventure entrepreneuriale, nous avons interrogé 4 porteurs de projets accompagnés par Unitec et provenant des écoles citées précédemment. Tous ont suivi la voie d’étudiant à chefs d’entreprise et s’impliquent aujourd’hui pour vous partager leur expérience.

Parcours et formations de nos 4 entrepreneurs 

Manon a suivi une formation à l’Institut d’Optique Graduate School, école d’ingénieur spécialisée dans l’optique. Durant ses études et en parallèle de son cursus ingénieur, elle étudie l’entrepreneuriat dans une filière dédiée.

Oussama intègre un master achat à Kedge Business School et étudie le marketing et l’ingénierie commerciale. Il rencontre son futur associé Damien, étudiant d’Epitech.

Arnaud a réalisé des études de médecine à l’Université de Bordeaux et a suivi un cursus pharmacie et santé publique.

Gaspard suit une formation à l’IAE de Bordeaux en master entrepreneuriat management de projet et création d’entreprise durant lequel il a intégré l’incubateur UBeeLab en dernière année.

Comment est né votre projet ? 

« C’est lors de notre cursus dans la filière entrepreneuriale qu’un projet d’éclairage a vu le jour. Après de nombreux entretiens auprès de prospects, tous secteurs confondus, une problématique d’éclairage et de bien-être a émergé dans les entreprises. En effet, la qualité du lieu de travail a commencé à prendre une place de plus en plus importante. La lumière étant une composante de l’environnement de travail, nous nous sommes dit que c’était l’occasion d’apporter quelque chose. De là, nous avons conçu un système d’éclairage intelligent qui favorise le cycle naturel du corps ». Durant son cursus, Manon et son associé Tinou rencontrent Gaetan Gilbert (intervenants à l’IOGS et start-up manager Unitec) qui aborde avec eux la structuration de leur business plan. A l’issue de la 3e année, elle décide de poursuivre le développement de son projet en stage de fin d’étude à plein temps. Elle intègrera Unitec par la suite.

« Au départ l’idée m’est venue lors d’un cours de marketing émotionnel durant lequel on a analysé des courbes sur la croissance des ventes des magasins physiques et en ligne » nous livre Oussama. Il travaille alors au développement de son idée, une solution d’affichage de publicité en temps réel en fonction des individus qui passent à proximité des points de vente, et cherche un ingénieur qualifié. Il rencontre Damien, ingénieur à Epitech (son actuel associé) qui le contacte : « Oussama j’ai eu une insomnie, viens me voir ! ». Ils se retrouvent alors au hub de Kedge pour faire une démonstration de la première application de Smart prospective. Tous deux passionnés par leur secteur d’activité, l’intelligence artificielle pour Damien et « toutes les dimensions que représentent le business : social, éthique, philosophique … » pour Oussama, ils mettent du cœur dans leur projet. Les prémices de Smart Prospective ont donc eu lieu à Inseec Innov en 2016 puis c’est à la Business Nursery de Kedge que le « game changer » eu lieu. Après 6 mois, chacun de leur côté, ils reviennent et intègrent Unitec. « Ce qui a littéralement tout changé c’est une personne, Jérémy Maduro (start-up manager Unitec), qui a été le boost absolu. Il nous challengeait, nous poussait avec son franc-parler et était à notre écoute, à notre disposition »

« J’ai créé Meditect en 2018 alors que j’étais encore étudiant en médecine. En 2015 je travaillais au Népal en tant qu’assistant médical et j’ai constaté le fléau des faux médicaments qui tue selon l’OMS, 1million de personnes chaque année. J’ai eu envie d’entreprendre pour proposer une solution qui répondrait à cette problématique d’envergure ». Par la suite, Arnaud a intégré Unitec qui lui a permis de découvrir l’écosystème entrepreneurial des start-up.

Gaspard a souhaité développer un produit accessible au grand public tout en démocratisant les bienfaits du CBD. Atteint d’une maladie auto-immune, il suit un traitement avec de nombreux effets secondaires. Lui et son associé s’intéressent alors à la plante du chanvre et découvre la molécule de CBD permettant de réguler le système immunitaire. Aussi bénéfique pour l’anxiété, ils constatent que la problématique émerge en France. Ils ont donc décidé de développer un produit accessible à tous et répondant à cette problématique.
« On a développé le projet Baga, des boissons naturellement apaisantes aux extraits de plantes fraîches et de CBD, au cours du master 2, dans le cadre d’un 1er semestre dédié à la construction du business model, évalué par l’équipe pédagogique. A l’époque, on ne parlait pas encore du CBD. Le 2e semestre fut consacré au stage de fin d’étude durant lequel on s’est attelé au développement de notre projet. C’est à la suite de cette formation qu’on a créé juridiquement l’entreprise. »

Quel est votre avis sur le filage des différentes structures ?

Manon : « Cette amorce dans la filière entrepreneuriale nous a apporté une vision globale sur notre projet, avec des thématiques spécifiques abordées plus en détail. On était encore bien loin d’imaginer créer une entreprise. Ensuite, la continuité de l’accompagnement nous a permis d’acquérir certains pré-requis nécessaires à la poursuite du projet, pour rentrer à Unitec notamment ».

Oussama : « Le filage entre Kedge et Unitec était très bien, ça nous a permis de rester dans les locaux de Kedge, dans le cadre du partenariat avec Unitec et ça nous a fait économiser pas mal d’argent et de temps. La relation avec les partenaires est aussi un avantage fort. »

Gaspard : « L’accompagnement s’est fait naturellement par l’incubateur universitaire UbeeLab qui nous a apporté les fondements permettant de développer le projet et un cadre pour travailler dans les meilleures conditions possibles. On est ensuite entré dans une phase de recherche de subventions pour la R&D, on a donc sollicité ADI (Agence de Développement et d’Innovation de Nouvelle-Aquitaine) qui nous a délivré la « prestation tremplin innovation ». On avait besoin d’un prescripteur et émis la volonté d’être encadrés par un incubateur plus institutionnel. La transition s’est donc faite vers Unitec après un sondage de l’écosystème relatif à notre secteur d’activité. Unitec a pris la suite de l’accompagnement, ce qui nous a permis de bénéficier de tous les services French Tech. On est très satisfait de cette intégration dans l’écosystème bordelais. »

En quoi l’accompagnement t’a-t-il permis d’en arriver là ? 

Manon : « L’accompagnement nous a beaucoup aidé durant cette période étudiante où le temps est plus libre et la vision entrepreneuriale idéaliste. On nous a confronté à la réalité. »

Oussama : « La vrai valeur ajoutée, pour moi, c’est le start-up manager ! Il fluidifie les échanges et nous met en relation avec les bon interlocuteurs. »

Comment Unitec répond à tes attentes ?  

Pour Manon de Libu :

Pour Gaspard de Baga Boisson :

Pour Arnaud de Méditect :

Quels sont vos plus belles réussites ? Et vos perspectives ? 

Manon : « Avoir pris la décision, à la suite de nos études, de continuer l’aventure et de prendre des risques. Le suivi d’Unitec en dernière année est également apparu comme un catalyseur de ce choix.
Aujourd’hui on arrive en fin d’industrialisation. Grâce à des fonds propres, des subventions et prêts d’honneur, on peut désormais lancer la commercialisation de nos éclairages Libu, c’est une grande réussite ! Pour le futur, on va poursuivre la R&D et le développement de nouveaux produits. »

Oussama : « On est 7, on recrute, on a des bureaux à Bordeaux, Paris, on est dans 8 pays et on travaille avec des grands comptes principalement. Mais la plus belle réussite, c’est le premier client, la première facture que tu édites en 001 c’est assez incroyable. Après ce dont on est le plus fiers Damien et moi, c’est notre entreprise et les conditions de travail qu’on a instaurées… les collaborateurs sont heureux et les points d’équipe sont comme un apéro entre amis, c’est formidable ! »

Arnaud : « La signature d’un premier contrat avec le laboratoire Upsa en Nouvelle-Aquitaine était une réussite.  Le jour où nos premiers patients ont utilisé notre application pour vérifier l’authenticité de leur médicament a été un moment marquant. Un autre jour important a été celui où nous avons identifié des contrefaçons. Nous avons à ce jour identifié plus de 1000 médicaments contrefaits différents. Actuellement en Côte d’Ivoire pour assurer la traçabilité des produits, nous ouvrons deux nouvelles filiales : une au Sénégal et une au Cameroun. »

Gaspard : « L’entreprise est encore jeune mais il s’est déjà passé beaucoup de choses. On a réalisé une campagne de crowdfunding sur Ulule qui nous a permis de tester l’attractivité de nos produits. Les consommateurs ont adhéré et nous avons atteint 300% de nos objectifs. On a vendu notre premier lot de 15 000 bouteilles dans des boutiques spécialisées ce qui nous a convaincu de poursuivre le projet. Dernièrement on a signé avec une franchise de restauration et c’est une première qui donne des perspectives sur l’évolution de Baga. On prévoit une commercialisation dans la restauration healthy et pourquoi pas en GMS auprès de grands groupes. Ce serait donner une nouvelle dimension à l’entreprise. »

Entreprendre dans un écosystème performant

L’expérience de plus de 30 années de la technopole Unitec et son réseau de partenaires offre à tous les porteurs de projet la possibilité d’entreprendre dans un écosystème performant, quel que soit leur secteur d’activité. Les liens tissés sont forts et permettent d’apporter des réponses à l’ensemble des problématiques rencontrées dans une démarche de création d’entreprise sur le territoire. De plus, nos équipes sont spécialisées dans l’accompagnement des jeunes pousses pour les aider au mieux en fonction de leur secteur et challenger leurs idées pour faire émerger des projets à fort potentiel.  


Infos pratiques

Vous êtes porteurs d’une idée ou solution innovante ? Encore étudiant ? Dans l’un des incubateurs partenaires ?  N’attendez plus et prenez contact avec le bon interlocuteur.

Bordeaux INP – Sit’Innove
Lisa Mauger
Chargé de mission Entrepreneuriat
05 56 84 44 63

Inria Startup Studio
startupstudio@inria.fr

Université de Bordeaux – Ubee Lab
Alexandre Savin

Référent entrepreneuriat de l’université de Bordeaux / Coordinateur UBee Lab 
06 33 12 47 06

Kedge Business School – Business Nursery
Vianney Puydupain
Start-up Programme organizer
05 56 29 20 14

Inseec – Incub’ Inseec
Amandine Laroche

Responsable de l’incubateur
05 56 01 31 21

IOGS – FIE
Simon Bernon
Responsable du programme Entrepreneur & Innovation
05 57 01 72 33

Pépite Entrepreneuriat Campus Aquitaine
Lou Chauvin

Coordinatrice régionale Pépite ECA
06 45 97 20 93

Et pour en savoir plus sur Unitec, son réseau, ses filières et services, naviguez sur le site ou contactez nous !!!

Précédent