Panorama des thérapies digitales

EnglishFrançais
Précédent

Dans le cadre de notre service de veille, Unitec vous propose régulièrement des ensembles d’articles thématiques pour décrypter les grands sujets de l’innovation. Cet article, rédigé par Alexandre BERTIN, est le premier d’une série de veille dédiée aux thérapies digitales

  1. C’est quoi les thérapies digitales
  2. Panorama des solutions de thérapies digitales
  3. Enjeux des thérapies digitales et cadre réglementaire

Panorama des solutions de thérapie digitale [2/3]

L’essor des solutions de thérapie digitale dans le monde est indéniable et les exemples ne manquent pas, tant sur le plan international qu’en France.

WellDoc et son produit BlueStar aux États-Unis

Aux États-Unis comme ailleurs, les diabétiques sont souvent seuls face à la gestion de leur maladie et la majorité du temps, ne voient leurs médecins seulement quelques minutes par an, laissant le malade seul et démuni face à la gestion de sa maladie. Pour répondre à ce constat, l’entreprise WellDoc propose une solution adaptée à chaque malade : BlueStar.

Cette solution qui a bénéficié de plus de 40 publications dans des revues scientifiques propose un outil d’accompagnement basé à la fois :

 

Captures-écran de l'application BlueStar de WellDoc pour lutter contre le diabète.

L’application BlueStar de WellDoc pour lutter contre le diabète.

L’application est connectée aux appareils utilisés par le malade (comme son glucomètre ou sa montre) lui permettant de monitorer sa glycémie en temps réel, de l’alerter sur le franchissement de seuil et de l’accompagner dans ces gestes quotidiens sous formes d’exercices (liés à la nutrition, au mouvement, etc.).

Diabeloop en France

En France, la start-up Diabeloop, Prix de la start-up 2019 par EY, a mis au point un algorithme auto-apprenant, véritable intelligence artificielle thérapeutique, pour automatiser le traitement du diabète de type 1, en boucle fermée. Il est destiné à soulager des dizaines de décisions thérapeutiques chaque jour et chaque nuit les personnes vivant avec cette maladie chronique et ainsi leur permettre de vivre leur vie de manière plus sereine.

 

Et ailleurs …

L’asthme est également une maladie pour laquelle les solutions ne manquent pas : Propeller propose de connecter son inhalateur à une solution numérique permettant l’accompagnement et l’assistance quotidiens de la personne asthmatique. My mhealth propose un dispositif (MyAsthma) doté d’une IA permettant le suivi et l’accompagnement des malades victimes d’asthme, de maladies pulmonaires et de maladies cardiaques. Cette IA est capable de détecter une utilisation non conforme des inhalateurs connectés, d’anticiper la survenue de crise d’asthme ou tout simplement de suivre le patient.

Capture-écran de l'application mobile MyAsthma

L’application MyAsthma

 

Les thérapies digitales, vers un marché BtoB ?

On retrouve les thérapies digitales dans d’autres domaines de la santé. La prévention des maladies professionnelles par exemple. Kaia Health offre des solutions médicales à l’attention des employeurs qui ont la volonté d’engager et de protéger leurs salariés contre la survenue de troubles musculo-squelettiques. Au-delà de la protection des travailleurs, l’utilisation de ces thérapies digitales permet également aux entreprises des économies substantielles (notamment en termes de jours d’arrêt de travail).

C’est aussi la raison pour laquelle, bon nombre de thérapies digitales, quel que soit le domaine de la santé couvert, offrent des solutions aux entreprises, élargissant ainsi leurs marchés.

Les addictions (Pear Therapeutics avec sa solution reSET), les troubles de l’attention ou les troubles cognitifs chez l’enfant sont aussi des marchés porteurs pour les offreurs de solutions numériques. L’utilisation des outils de réalité virtuelle permet également de traiter certaines pathologies. C’est l’objectif du centre de recherche américain VR Institute qui propose des exercices en réalité augmentée pour lutter contre les effets néfastes de la sédentarité ou celui de l’Israélien XRHealth qui propose un outil de réalité virtuelle couvrant un large spectre de pathologies (obésité, ménopause, santé mentale, problèmes respiratoires, etc.).

 

Preuve de l’intérêt des grands acteurs internationaux, en juillet 2019, la start-up bordelaise Lucine a signé un partenariat de co-développement avec les laboratoires Servier, et plus particulièrement leur département spécialisé en esanté, WeHealth Digital Medicine.

Selon les termes de l’accord, WeHealth Digital Medicine contribuera aux coûts de développement, y compris les études cliniques, et versera à Lucine des redevances sur les ventes réalisées dans les domaines thérapeutiques du groupe. Cet accord conclu pour 10 ans prévoit également la commercialisation des premières solutions à partir de 2021.

 

 


Précédent